École Robespierre

Enseignement

Qu’elles soient définitives ou provisoire, les trois écoles se veulent discrètes et se fondent dans la nature. Elles veulent entretenir un dialogue intime et intense avec la végétation environnante.
Parler de trois écoles c’est parler de trois identités architecturales particulières qui répondent à 3 contextes différentes. Ainsi, les façades en tasseaux bois de teintes vertes et grises créent un écran vert, face à des espaces verts dégagés pour que les constructions deviennent miroirs du paysage végétal existant. Les façades de l’école Robespierre 2 (A) sont en bois pré-grisé. Un fond de décor neutre qui se met en retrait par rapport à la cour oasis et ses arbres. Cette école porte un costume sobre et élégant. La troisième école, appelée école Robespierre 1 (B), se définit extérieurement par des façades combinant les bardages en bois pré-grisé de l’école 2 ainsi qu’une résille qui couvre toutes ses faces et permet le développement de plantes grimpantes. Celles-ci ont plusieurs fonctions : elles servent de filtre afin d’atténuer le rayonnement solaire d’été pour les façades sud, est et ouest ; elles confèrent également une intimité aux espaces intérieurs potentiellement visibles depuis les jardins, les maisons et appartements voisins, ceci sans altérer les vues depuis les salles de classe sur les espaces verts de l’école.

Trois architectures pour une proposition urbaine et paysagère respectueuse du quartier dans lequel elle va éclore. Le sujet du projet est le paysage. L’existant avec ses qualités et le projeté qui s’inscrit dans la continuité. Une mutation rurbaine qui fait la part belle aux espaces verts, qu’ils soient publics ou privés, à leur patrimoine végétal qui doit être enrichi et devenir dans un avenir proche un écoquartier populaire, une cité-jardin nouvelle génération, pouvant développer de l’agriculture urbaine et voir s’installer une ferme pédagogique.
Les écoles maternelles représentent une occasion idéale pour amorcer une métamorphose patiente du quartier.
Elles se fragmentent en plusieurs petits bâtiments qui laissent passer les cours oasis et leurs prolongements jardinés le long des mitoyens, s’écartent des grands arbres existants, aménagent leurs toitures en prairies ou en terrasses support de potagers. Les préaux sont ainsi littéralement croqués par les houppiers volumineux et ébouriffés des platanes et autres espèces locales.
Les bâtiments sont très bas, morcelés, en retrait et discrets, avec des ouvertures généreuses tout en restant domestiques et des façades bois pré-grisé et/ou vertes supports de végétation. Les formes architecturales des deux projets sont donc des variations sur le même thème : construire une ville durable et frugale au sein du Grand Paris.

LIEU : Bobigny, France
PROGRAMME : Marché global public de performance pour la reconstruction du pôle maternel Robespierre (2 écoles de 10 et 15 classes), avec construction d’une école provisoire (8 classes) et de trois cours oasis. RE2020, Label E3C2, certification HQE bâtiment durable, label biosourcé niveau 2.
SURFACE : 3 940 m² sdp
COÛT DE L’OUVRAGE : École provisoire 4 137 023 € HT – Pôle définitif 19 725 642 € HT
CALENDRIER : Livraison pôle scolaire définitif sept. 2025
MAÎTRE D’OUVRAGE : Ville de Bobigny
ARCHITECTES : archi5 associés à Laraqui Bringer
ENTREPRISE GÉNÉRALE MANDATAIRE : Rabot Dutilleul
BET STRUCTURE, CVC, THERMIQUE, ÉNERGIE, ÉLECTRICITÉ, FLUIDES, SSI, ÉCONOMISTE : CET ingénierie
PAYSAGISTE : Endroits en vert
BET HQE : Gaya
INGENIERIE EN RESTAURATION: Alma consulting
BET ACOUSTIQUE : Cap Horn Solutions
EXPLOITATION MAINTENANCE : Enerchauf
DÉMOLITION : Doyère
DÉSAMIANTAGE : VALGO
PERSPECTIVISTE : Octav Tirziu